PERTH – Charlotte LODS

slide_perth
L’Australie, pays des kangourous et de koalas.

Mais il y a aussi des facs qui accueillent beaucoup d’internationaux !

Perth depuis Kings Park

Perth depuis Kings Park


C’est une formation complémentaire de ce qu’offre l’EIVP puisqu’elle traite davantage des documents de planification, de l’aménagement des territoires et enseigne comment faire de la recherche en Urban and Regional Planning. Les cours, peu nombreux, mais avec de nombreux travaux supplémentaires, nous ont globalement plu même si la qualité de certains n’était pas à la hauteur. En même temps,
l’herbe n’est pas plus verte ailleurs !Sévérian et moi avons passé un an à Perth (seule ville importante de la côte Ouest) en double diplôme, à la place de la troisième année de l’EIVP. Un an pour obtenir un Master of Urban and Regional Planning.

En Australie, les saisons sont à l’envers, donc l’année scolaire aussi. Mais, le système de la fac permet de commencer sa formation à n’importe quelle période de l’année. Le premier semestre commence fin février-début mars et le second fin juillet-début août. L’EIVP propose de commencer à la fin juillet, ce qui ne permet pas de faire le stage E&R entre la fin des cours et le départ pour le pays d’Oz.

Avant le départ :

 

  • Dossier à préparer pour l’EIVP en milieu de deuxième année (pour début janvier) : CV en anglais et lettre de motivation en anglais.
  • Après avoir analysé les dossiers et les vœux de chacun, il y a attribution des places pour les doubles-diplômes à la fin janvier. Plusieurs (attention : nombre précis inconnu !) places sont disponibles pour Curtin University à Perth. Il y a aussi possibilité de faire un double diplôme sur la Gold Coast, à l’Est de l’Australie. J’ignore comment la sélection est réellement faite…
  • Il faut ensuite remplir le dossier de la fac australienne. Une personne travaillant chez AustralieMag vous aidera gratuitement pour tous les sujets en relation avec votre vie d’étudiant en Australie et donnera votre dossier à la fac. Il y a donc quelques papiers à fournir (relevés de notes, lettre de motivation etc.) mais surtout il faut passer un test de niveau de langue (l’IELTS ou le TOEFL). L’EIVP ne vous aidera pas à le passer et il faudra payer votre présentation à l’examen (environ 180€ pour l’IELTS). Les places à Paris sont très prisées donc ce ne sera pas forcément possible de passer l’examen dans la capitale.
  • AustralieMag vous aidera ensuite à obtenir votre VISA (environ $535), une fois que vous aurez payé le premier semestre de la fac (environ 8 000€, soit environ 16 000€ pour l’année).
  • AustralieMag pourra vous aider également pour choisir vos billets d’avion (l’A/R peut être aux environs de 1 100€ avec un remboursement de 500€ par l’AIVP à votre retour en France).
  • Vous pouvez aussi (en vous y prenant à l’avance avant votre arrivée – au plus vite après votre inscription à la fac) demander un logement temporaire sur le campus ou un logement pour le semestre ou l’année sur le campus. Les tarifs sont très attractifs et l’ambiance très internationale pourra vous plaire (facilités pour les soirées, les sorties, pour rencontrer du monde) !
  • Pour les bourses, la bourse du conseil général (4 500 €) est normalement possible à demander, en fonction des revenus, mais ne comptez pas l’avoir avant de partir… Je l’ai eue après 6 mois passés là-bas. Une autre bourse m’a été présentée, endeavour, qui paye la formation en Australie pour les excellents élèves (normalement en école d’ingé, on en fait partie). Sauf qu’une condition de la bourse, c’est de commencer l’année scolaire en février-mars, ce que ne propose pas l’EIVP. A négocier peut-être…

Je vous conseille fortement de demander (exiger) des deadlines pour éviter du stress inutile. Pour passer l’IELTS, il y a des délais d’attente pour participer à une session puis un délai pour les résultats. Sans l’IELTS (ou le TOEFL) c’est impossible de partir !

Mais rassurez-vous, notre niveau à Sévérian et à moi n’était pas terrible du tout, et nous avons eu « le temps » de passer deux fois l’IELTS (à Strasbourg et à Londres) avant de le réussir et pouvoir partir !

Le bon plan, c’est d’ailleurs de se faire un week-end à Londres pour le passer car il y a beaucoup plus de séances qu’en France (allez donc regarder le site du British Council si vous ne me croyez pas.)

Arrivée sur place après 18 heures de voyage (dépaysement garanti !) :

 

  • Une personne de Curtin University viendra vous accueillir à votre arrivée à l’aéroport et vous paiera le taxi jusqu’à votre résidence, au campus ou ailleurs
  • Si vous ne voulez/pouvez pas louer une chambre dans une colocation du campus, Curtin a un service qui aide les étudiants à se loger. Ils ont des petites annonces, sont en contact avec les agences de location dans le coin et proposent même des visites aux étudiants. Le lendemain de notre arrivée, des personnes de ce bureau (Housing Office) sont venus nous chercher dans notre hôtel pour aller à la fac où nous avons rempli un formulaire sur ce que nous cherchions (prix, type de logement etc.). Ensuite, nous avons visité 4 logements différents dans la journée avec une des personnes du service qui nous faisait office de chauffeur aussi. Ce service est gratuit, sur simple demande par mail à l’Housing Office. En 4 jours, l’appartement était trouvé, le bail signé et la caution (en cash) donnée ! Pas besoin de garant en Australie mais certains baux obligent la location sur 1 an (= payer le loyer pendant 1 an que vous soyez dans le logement ou non).  Il existe également des annonces sauvages sur le campus pour rejoindre une colocation.
  • Il vous sera demandé de participer à la semaine d’intégration – O’Week à la fin juillet. Nous ne l’avons pas trouvée très utile mais elle nous a permis de nous dépatouiller avec tous les papiers administratifs pour le choix des cours. Un conseil donc : demander avant de partir les cours que vous devez/pouvez choisir !

Sur place (à Perth, une ville qui bénéficie de plus de 320 jours d’ensoleillement par an, autant dire que c’est très très chouette !)

  • Les transports en commun ! Résumons que ce ne sont pas les services de la RATP. Du coup, on s’y fait et on s’y adapte mais il faut attendre longtemps, accepter qu’après 16 heures, certains bus passent 2 fois par heure, et ce jusqu’à 19 heures, c’est tout.
  • Du coup, une voiture, pour bouger dans Perth (ville très étalée) et sa région, c’est une solution plus adaptée ! Le service de petites annonces sur Gumtree est parait-il très efficace.
  • Pour se rendre à la fac, un réseau de navettes, gratuit, est disponible dans les quartiers autour de la fac. Les frais de scolarité sont importants (et pas forcément justifiés mais comme je l’ai déjà écrit, l’herbe n’est pas plus verte ailleurs), mais le campus est très bien fourni en ordinateurs, tablettes, ressources documentaires, DVDs, cafés pour manger sur le pouce etc. Le cinéma en plein air durant l’été est vraiment formidable !
  • 12 heures environ de cours par semaine. + 10/12 heures de travail perso environ, ça dépend. Oui, c’est du mi-temps ! Du coup, ça laisse du temps pour visiter la région et Perth, faire du sport, aller à la plage, aller voir les baleines et les dauphins et les kangourous et les koalas (c’est trop chouette !!!), etc. D’où l’intérêt d’une voiture… Ça laisse aussi du temps pour travailler et gagner un peu d’argent pour la vie là-bas.
  • Le VISA permet de travailler 40 heures par quinzaine. Certains arrivent à travailler, d’autres non. La voiture vous facilitera certainement les trajets et donc vous permettra de trouver peut-être plus facilement du boulot. On nous a fait croire à un eldorado du travail (très facile de trouver un petit boulot, ou un boulot à mi-temps avec des ingénieurs, ou un boulot à la fac), ce qui est de moins en moins le cas. De plus, sans diplôme, il est difficile de faire comprendre que nous avons quasiment le niveau des ingénieurs et que nous pouvons travailler.
  • Le coût de la vie est globalement le même qu’à Paris, ça dépend des choses…
  • Précisions sur la durée des semestres. Bienvenue dans l’univers de la fac donc un semestre c’est 12 semaines de cours + 2 semaines de vacances + 1 semaine de révisions + 2 semaines de partiels. La plupart du temps, les profs font en sorte de ne pas mettre des partiels mais que des DMs (easy !). Du coup, ça fait plein de temps pour visiter l’Australie qui est un pays magnifique !!
  • Pour ouvrir un compte en banque, soit sur place soit avant de partir. Bankwest (présente sur le campus) a l’avantage de proposer un forfait étudiant avec CB gratuite. Les taux des livrets épargne sont d’ailleurs plus intéressants qu’en France.
  • Les Australiens sont très chaleureux (« no worries mate ! ») mais assez superficiels. Les internationaux sont parfois plus ouverts à la discussion et aux échanges. Vivre sur le campus permet certainement de rencontrer plus de monde et d’entretenir des relations plus suivies.

perth2

Baleines au large de Perth


Si vous partez pour ce double-diplôme, et que l’accord entre Curtin et l’EIVP n’a pas changé, vous ne ferez pas de TFE et ce qu’on vous vendra comme équivalent n’a rien d’équivalent. C’est un mémoire de master fait en 14 semaines sur des sujets souvent loin de ceux traités à l’EIVP, mais c’est un travail qui m’a plu et qui fait voir les choses d’un angle différent ! Dans la situation actuelle de crise, ce n’est peut-être pas le choix le plus judicieux.
Quelques informations sur les stages :

  • Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour faire votre stage E&R : pendant le summer break (décembre-mars), après votre année à Curtin (juin-septembre)
  • Les Australiens n’ont pas du tout la même vision que nous des stages (internships). Du coup, Sévérian et moi en avons bavé pour trouver un stage et faire comprendre notre niveau. Nous avons trouvé finalement chacun un stage à la fac pendant l’été australien très chaud. N’hésitez pas à contacter AustralieMag pour qu’ils vous aident car c’est à eux de le faire mais personne lors de nos appels au secours à l’EIVP ne nous l’a dit.

Conclusion :

Je suis très contente d’avoir pu passer un an à l’autre bout du monde, la tête à l’envers ! L’Australie est un pays magnifique qui mérite d’être visité. Ce double-diplôme m’a permis d’apprendre à travailler différemment, dans une autre langue, avec des personnes qui n’ont pas fait les mêmes études que moi, qui viennent de pays différents (Bangladesh, Indonésie etc), de découvrir d’autres cultures, et de beaucoup voyager !

Cette expérience permet de grandir et de s’enrichir personnellement. Je recommande cette expérience aux personnes qui  n’ont pas peur de partir loin, très loin, au risque d’être parfois un peu seul.

L’absence de TFE est pour moi problématique, il faudrait peut-être le négocier avec l’administration avant de partir, quitte à ne pas être diplômé avec les autres de la promo. Les fonctionnaires auront peut-être moins de problème à ne pas faire de TFE… Le diplôme australien n’a pas l’air d’être compris en France mais une année à l’étranger est très valorisable !

Charlotte LODS

Laisser un commentaire