VALENCE – Clotilde MUNIER et Sarah LUONG

Hola todos !

valence

 

Alors comment c’est Valencia ?

 

Alors tu te plais ?

 

Alors le soleil ??

Et bien je vais vous répondre !!!

foto paella

Je suis arrivée le 28 janvier dans cette magnifique ville. Déjà dans l’avion à travers le hublot je me suis : « ok j’atterrie au Paradis ! ». On survole la mer et on a le loisir de contempler le soleil sur toute la ville. C’était un petit réconfort après les annonces des hôtesses de l’air espagnole auxquelles je n’ai pas compris un mot et ma petite pensée « mais qu’est-ce que je fais dans un avion pour l’Espagne, je comprends rien en espagnol ?! »

Arrivée sur la terre Ibérique : bon ok il fait froid, les espagnols nous ont ment, j’avais rêvé de la chaleur, de la mer, mais il existe bien un hiver en Espagne… Bon aujourd’hui quand j’écris il fait déjà 20°C donc j’arrête de me plaindre c’est bientôt le printemps ! Il y a des palmiers partout dans la ville, des orangers aux belles couleurs le long de rues. Ca sent les vacances !

Oui mais voilà on est venus ici pour aller à l’université… Et là l’UPV ce n’est pas la même footo valenciachose. Déjà il faut faire son emploi du temps pour coller à ce que demande l’EIVP, tout seul c’est un vrai casse-tête ! Annick Trehin venez nous aider ! Après ce casse-tête, il faut aller en cours et dès la première semaine il y a du travail… Et tous les espagnols sont stressés à l’idée de valider leurs matières. Bon on n’est pas en vacances en fait mais bon avec le soleil, la plage et la fête tout passe mieux non ?

Le campus de l’université est immense ! A peu près 40 bâtiments (ok je ne les ai pas comptés mais je ne pense même pas que ce soit un chiffre exagéré). On nous a même distribué des plans du campus et le clou du campus c’est le coiffeur, oui oui parmi tous les commerçants il y a un coiffeur ! je ne lui confierais quand même pas mes cheveux … un peu difficile de créer des liens dans une université si grande quand on est de l’EIVP. Heureusement il y a des Erasmus partout et une vraie solidarité entre les internationaux, souvent lors de galères). J’ai rencontré plein de monde, parlé surtout plus anglais qu’espagnol, mais du coup pas trop d’espagnoles, dommage. Mais comme on est étrangers et qu’on galère vraiment avec les cours ça oblige les espagnols à nous parler et nous aider et en fait ils sont très sympas ces espagnols et surtout ils ont tous les bons plans de Valence. J’en dévoile un avec vous : une bière et une ration de tapas (trop bonnes) pour 2 euros :El viñedo, tout près de l’université, idéal à la sortie des cours qui terminent quand même à 21h15 parfois.

Une ville faite pour les Erasmus, des Espagnols trop sympa et des bars ultra pas chers pour sortir dès qu’on peut boire une vraie sangria, un cerveza ou déguster des tapas… tout est parfait. Ah oui c’était sans compter sur ma banque qui a bloqué ma carte et je me retrouve pauvre à Valencia. Bon l’Espagne c’est moins cher que Paris mais quand même sans argent c’est la galère. Merci à mon petit Albert qui m’a sauvé la vie sur ce coup-là ! 😉

 

Après toutes les galères de l’arrivée c’est le moment de profiter : un city tour sous le soleil suivi d’une paella valenciana. Avec Sarah on vous envoie plein de chaleur 😉

Laisser un commentaire