SOUTHAMPTON – Joris Salens

Good morning ! Petit blog pour présenter le partenariat d’échange avec l’université de Southampton en Angleterre. Je vais essayer de vous donner quelques indications pratiques et quelques infos sur la vie là-bas.

Avec ce partenariat vous effectuerez votre semestre 5 à Southampton. Pour en profiter, il faut candidater vers novembre/décembre en IVP 2. L’administration demande une lettre de motivation mais il paraît que ce sont surtout les notes, et la note d’anglais en particulier, qui sont déterminants.

Côte anglaise

Avant le départ

La démarche globale reste assez simple du fait que vous ne quittez pas l’Union Européenne. Ça se compliquera peut être pour les prochaines générations si le Brexit se fait réellement.

Le partenariat se fait dans le cadre Erasmus, ce qui a plusieurs conséquences pratiques. Il faudra vous inscrire à l’université de Southampton (en plus de l’EIVP), mais vous ne paierez que les frais d’inscription de l’EIVP. De plus, vous aurez droit à la bourse Erasmus (quel que soit le revenus de vos parents), qui est de 250 €/mois environ.

Au niveau de la sécurité sociale, il faut seulement demander la Carte Européenne d’Assurance Maladie. Pour l’assurance de responsabilité civile, il existe des formules pour étudiants à l’étranger, demandez à votre assureur, il se peut même que ce soit déjà inclus dans votre assurance actuelle.

Faut-il ouvrir un compte bancaire là-bas ? A mon avis, ce n’est pas nécessaire si vous pouvez avoir une formule « étudiant à l’étranger » avec votre banque Française. Par exemple, moi, au CIC, j’ai pu activer gratuitement cette option et elle me permet d’effectuer quelques paiements et quelques retraits par mois, sans frais.

Pour la recherche de logement, il y a les résidences de l’université, elles proposent des studios mais aussi des appartements co-loués. En ce qui me concerne j’ai choisi pour une colocation dans une maison proche de Highfield, car c’était bien moins cher et cela m’a permis d’être directement en contact avec des anglais. Le moyen le plus simple pour trouver reste les groupes Facebook dédiés.

Vous devrez choisir des cours pour un total de 30 ECTS. Quasiment tous les cours sont des cours à 7,5 ECTS, donc en pratique il vous faudra en choisir 4. Les thèmes disponibles à l’université de Southampton sont du génie civil classique mais aussi des cours accès vers la construction côtière ou off-shore. Si vous voulez être sûrs, consultez plutôt la page de « Faculty of Engineering and the Environment » de l’université.

Petite particularité du partenariat, vous pouvez choisir 25 % des cours en dehors de la faculté d’Ingénierie si vous le voulez. Donc théoriquement, vous pouvez prendre un cours de la faculté de médecine, de sciences humaines ou d’art. J’ai profité de cette option et j’ai pris un cours dans la Business School, donc je peux attester que ça marche. En revanche, je pense qu’il faudra expliquer un minimum vos motivations si vous prenez un cours qui est vraiment éloigné du génie urbain.

En ce qui concerne le choix de la date d’arrivée, je vous conseille d’arriver plus tôt que la date de rentrée officielle. Car si les cours commencent fin septembre, il y a de nombreux évènements pour les « freshers » tout au long du mois. Je conseille particulièrement le Bunfight qui est une foire de présentation de toutes les associations. Il y en a vraiment des milliards, vous trouverez forcément des choses qui vous plaisent, ou vous en découvrirez. Sans le Bunfight, je n’aurai jamais eu l’idée de me mettre au korfball, par exemple.

Sur place

A l’arrivée, le choc ! Mais qu’elle est donc cette langue que parlent les gens ? Après quelques heures d’habituation (ça se dit), il s’avérerait qu’il s’agit bien d’anglais, mais rien à voir avec l’américain qu’on entend dans les séries. Non seulement c’est de l’anglais d’Angleterre, mais en plus il y a l’accent de Southampton, et c’est sans compter le fait que les gens parlent très vite et sans trop articuler.

Pendant le premier mois vous pouvez encore changer vos cours. Ce qui peut être utile si vous avez des cours qui se chevauchent, ou dans des campus trop éloignés l’un de l’autre. Car l’université est étalée sur plusieurs campus à travers la ville.

Pour les transports, il existe le réseau de bus Unilink qui est bien adapté pour les étudiants mais beaucoup de gens utilisent le vélo. J’en ai acheté un d’occasion pour 40 ‎£ et je trouve que c’est vraiment ce qu’il y a de plus pratique, car les distances sont trop courtes pour prendre le bus, mais légèrement trop longues pour être parcourues à pied. Par contre, attention à bien rouler à gauche !

L’organisation des cours est assez différente de l’EIVP. Cela dépend des cours choisis, mais par exemple, en ce qui me concerne, j’ai une douzaine d’heures par semaine. On est plus proche d’un système comme à la fac, beaucoup de gens passent le reste de leurs journées à réviser à la bibliothèque.

Hartley library

Pour la nourriture dites au revoir au RA et bonjour au Piazza ! C’est la cantine principale sur le campus Highfield. Ils servent tous les jours des pizzas, des hamburgers et des frites mais je m’en suis rapidement lassé.

Pour sortir, il y a des pubs à tous les coins de rue. Certains valent le détour comme Le Hobbit,  le Jester’s ou le Stag’s. Beaucoup d’activité est centrée au port, c’est d’ailleurs là-bas qu’on trouve le seul monument de la ville, la Bargate. Je vous conseille d’essayer les fameux fish and ships, les battered sausages et les petits déjeuners anglais.

The Bargate

Et pour finir, la météo ! Il n’a pas plu autant que je m’y attendais, mais tout est toujours gris et mouillé, ce qui peut être un peu déprimant parfois.

Keep the peach, soon the beach !

 

Auteur : Joris Salens

Laisser un commentaire